Webedia-post-banner

L’UMICC affirme son rôle : un tournant dans la professionnalisation du marché de l’influence

25 avril 2024 - 

Le secteur de l’influence ne cesse d’évoluer et se construit peu à peu. Si la loi influence était un premier pas décisif dans l’assainissement du marché, les chartes éthiques de l’UMICC (Union des Métiers de l’Influence et des Créateurs de Contenu) marquent un tournant tout aussi important.

Presque un an après l’adoption de la loi influence du 9 juin 2023, l’UMICC continue d’agir en faveur de la professionnalisation du marché. En effet, l’UMICC met à disposition quatre chartes éthiques écrites spécialement pour les créateurs de contenu, les agences et les agents de talents. La création de ces chartes devrait permettre un meilleur encadrement de l’influence commerciale afin de protéger toutes les parties prenantes, dont les consommateurs.

LES CRÉATEURS DE CONTENU : UNE CHARTE ÉTHIQUE QUI PRÔNE L’AUTHENTICITÉ

La charte éthique à destination des créateurs de contenu met l’accent sur la transparence du contenu, l’authenticité et la protection des mineurs. Elle incite le créateur de contenu à protéger son audience en lui partageant un contenu authentique. Elle invite également à ne pas induire sa communauté en erreur en achetant des likes ou des abonnés. Afin de protéger au mieux l’audience, elle interdit aussi la promotion de systèmes pyramidaux ou de pratiques trompeuses et déloyales. Cette charte fait également état de sujets éthiques qui incitent le créateur à entamer une réflexion sur l’impact de ses contenus. Par conséquent, il est invité à rester vigilant sur ses prises de paroles en s’assurant qu’elles respectent la dignité humaine. Le créateur de contenu doit aussi vérifier l’exactitude de ses propos tout en partageant ses sources.

LE BRAND CHECKING : LA CHECK LISTE DES CRÉATEURS DE CONTENU ET DES AGENCES 

Une autre charte qui concerne les créateurs de contenu et les agences, appelée Brand Checking, dresse une liste de questions à se poser avant d’accepter tout partenariat avec une marque. Ces questions visent à questionner la dimension écologique, éthique et légale dans la démarche commerciale des créateurs de contenu et des agences.

LES AGENTS DE TALENT : UNE CHARTE ÉTHIQUE QUI MISE SUR LA TRANSPARENCE 

La charte éthique destinée aux agents de talents vise à instaurer des relations déontologiques avec les talents qu’ils représentent. À travers elle, les agents sont incités à guider au mieux leurs talents en s’informant sur les législations en vigueur. Cela implique le strict respect des recommandations de l’ARPP. Une clause inclut également la mise en place d’un contrat clair entre les agents et les talents représentés. Cela concrétise ainsi la professionnalisation du métier de créateur de contenu.

LES AGENCES : POUR DES RELATIONS INTÈGRES ET LE RESPECT DES COLLABORATEURS 

La charte éthique conçue pour les agences a pour objectif d’instaurer des relations déontologiques avec les créateurs de contenu. En outre, les agences doivent respecter leur ligne éditoriale et direction artistique. Cette charte mentionne également les relations avec les annonceurs dont elle préconise des échanges intègres, honnêtes et totalement transparents.

“Face aux 80% de Français présents sur les réseaux sociaux, nous avons une responsabilité. La mise à disposition de chartes éthiques aux adhérents de l’UMICC prouve que le secteur se structure, se professionnalise et n’attend pas des évolutions législatives pour s’engager vers des pratiques plus éthiques,” déclare Bénédicte de Kersauson, déléguée générale de l’UMICC. “Elles symbolisent une nouvelle ère pour le secteur de l’influence, une ère où l’éthique et la responsabilité ne sont pas seulement encouragées mais exigées.”

En établissant des chartes éthiques pour les métiers du secteur de l’influence, l’UMICC assume pleinement son rôle en contribuant activement à la professionnalisation du marché. Une action nécessaire et longuement attendue qui doit servir à arrêter les dérives et améliorer l’image du secteur.

Nos dernières actualités